Défense Slave

Défense Slave

1) d4 – d5
2) c4 – c6

Cette défense est l’une des réponses les plus courantes au gambit de la dame et l’une des meilleures statistiquement.

Les parties nulles sont fréquentes.

Le coup c6 défends le pion d5 et en cas de prise par les blancs, permet de reprendre avec un pion de l’aile en gardant les deux pions centraux.
Elle permet également en théorie le développement du fou c8. En pratique, les choses sont plus compliquées car
1) Le développement du fou ne doit pas se faire trop tôt : nous le reverrons
2) Il affaiblit l’aile dame. Les noirs devront veiller en permanence à une bonne défense de ce côté.
De sorte que bien souvent, le pion e est avancé en e6 avant la sortie du fou c8
Point faible aussi de cette défense : la structure des pions sur l’aile dame. Les noirs doivent éviter de se retrouver avec un pion arriéré en c6, par exemple après l’échange d5xc4, ce pion se retrouvant sur une colonne semi-ouverte.
Les Blancs disposent de 4 réponses principales : Cf3, Cc3, e3, échange cxd


 

A) Variante 3) Cf3 – Cf6

La sortie du cavalier en f3 est la réponse habituelle. Elle accentue le contrôle de la case e5 et empêche le gambit Winawer : 3) … – e5 (voir cette réponse à la variante Cc3).

3) Cf3 – Cf6

La sortie du fou dame n’est pas bonne pour le moment et ceci est très important à comprendre :

3) … – Ff5 ?
4) Db3 attaquant le pion faible b7 – (la prise préalable cxd5 est équivalente)
Quelque soit la suite, elle est favorable aux blancs.
si 4) … – Dd7, 5) cxd5 – cxd5 6) e4 – Fxe4 7) Ce5 – Dc8 8) Cc3 – e6 9) CxF – dxC 10) d5
si 4) … – Db6 (sans doute le coup le moins mauvais), 5) cxd5 puis si DxD, axD, Cc3 les blancs vont pouvoir menacer Cb5 puis Cc7 et également Ce5 menaçant f7
si 4) … – b6, 5) cxd5 – cxd5, 6) e4 ! et si Fxe4, Fb5 + suivi de Ce5
si 4) … – Dc7, 5) cxd5 – cxd5, 6) Cc3 et si 6) … – e6, 7) Ff4 ! et si 7) … – DxF, 8) Dxb7 gagnant la tour. Reste 7) … – Db6 mais les blancs dominent toujours : Cb5
De même, la tentative de gain d’un pion par dxc4 suivi de b5 est considérée comme inférieure avec la suite :

3) … – dxc4
4) e3 – b5 (la variante 4) … – Fe6, jouée parfois par Sokolov au lieu de b5, Dc2 semble la meilleure réplique).
5) a4 : favorable aux blancs.

 

La suite habituelle après Cf6 est :

4) Cc3

A noter que si les blancs jouent cxd, les noirs doivent reprendre du pion car la reprise avec le cavalier expose à e4.

La sortie du fou en f5 n’est toujours pas conseillée :
4) … Ff5
5) cxd5 – cxd5
6) Db3
Par contre après 4) e3, la sortie Ff5 peut être tentée car Db3 ne marche plus. Voyons pourquoi :

4) … – Ff5
5) Db3 – Dc7
6) cxd5 – cxd5
7) Cc3 (si Dxd5, Dxc1) – e6
8) Cf3
Après Cc3, les noirs peuvent poursuivre par : e6, dxc, a6, g6 (par ordre de fréquence)
La réponse e6 semble un peu meilleure sur le plan statistique (score blanc 54% contre 57% pour dxc et a6)


1) Variante 4) … – e6 : défense de Méran

Une des variantes les plus importantes de la défense slave.

4) Cc3 – e6

Elle crée un triangle de pions assurant une structure solide. Cependant, le fou c8 est bloqué et les noirs devront essayer par la suite de le développer en b7 après l’avancée du pion b.
Les blancs ont plusieurs réponses possibles, par ordre de fréquence : e3, Fg5, cxd5, Db3, g3.

Défense de Méran, variante 5) e3
Réponse la plus fréquente qui permet d’éviter dxc4 suivi de b5.

5) e3 – Cbd7 est la suite la plus courante

6) Fd3 – dxc4

7) Fxc4 – b5
8) Fd3 (Fe2 est plus rare) – Fb7

 

Les réponses principales des blancs sont par ordre de fréquence : OO, e4, a3
Le but des noirs est la poussée c5
Réponse 9) OO

9) OO – a6 (b4 est plus rare)
10) e4 – c5
11) d5

Réponse 9) e4

9) e4 – b4
10) Ca4 – c5 !
11) e5 – Cd5

Réponse 9) a3

9) a3 – b4
10) Ce4 – Cxe4
11) Fxe4 – bxa3
Défense de Méran, variante 5) Fg5 : variante Botvinnik

Variante actuellement très à la mode à haut niveau.
Les blancs sacrifient momentanément un pion car après la prise dxc4, les noirs pourront protéger le pion c4 par b5. Ils trouvent une compensation dans les pions faibles créés dans le jeu des noirs par la poussée des pions.

5) Fg5 – h6 (variante de Moscou)
h6 est en effet la réponse habituelle mais d’autres réponses sont possibles : dxc4 ou encore Cbd7.

La variante 5) … – dxc4 mérite qu’on s’y attarde :
5) … – dxc4
6) e4 – b5
7) e5 – h6
8) Fh4 – g5
9) Cxg5 – hxC
10) Fxg5 – Cbd7
11) exf6 – Fb7

La variante 5) … – Cbd7 est une variante plus tranquille :

5) … – Cbd7
6) e3 – Da5 : transpose dans la variante Cambridge-Springs du gambit dame refusé. La menace est Ce4.
7) Cd2 – Fb4
8) Dc2 – OO
9) a3 – h6

Revenons à la variante h6, qui comme on peut le voir à la variante précédente évite après g5 le sacrifice de cavalier.

6) Fh4 (gambit anti-Moscou) – dxc4

La suite 6) FxCf6 est l’alternative mais moins à la mode actuellement car moins favorable sur le plan statistique.
Voici la suite habituelle :

6) … – Dxf6
7) e3 – Cd7
8) Fd3 – dxc4 : sans doute le meilleur moment pour réaliser cet échange qui supprime la pression en d5 et prépare e5.
9) Fxc4 – g6
10) OO – Fg7 : augmente la pression sur le centre

11) Tc1 – OO
7) e4 – g5 (b5 tout de suite expose à e5 et g5 est de toute façon nécessaire à ce moment là)
8) Fg3 – b5

9) Fe2 – Fb7
L’idée des blancs est le plus souvent de placer un cavalier en e5, soit immédiatement soit après le roque. Ils peuvent aussi attaquer tout de suite à l’aile roi avec le coup h4.

Exemple : Kramnik – Anand, championnat du monde 2007. Partie nulle :

10) OO – Cbd7
11) Ce5 – Fg7
12) CxCd7 – CxC
13) Fd6 – a6

14) Fh5 – Ff8
15) FxF – TxF
16) e5 – Db6
17) b3 – OOO
18) bxc4 – Cxe5

Au dixième coup, les blancs peuvent jouer aussi h4 :

Exemple : Grischuk – Anand, championnat du monde 2007. Partie nulle :

10) h4 – g4
11) Ce5 – Tg8
12) Cxg4 – CxC
13) FxC – b4

14) Ca4 – c5
15) d4 – exd4
16) exd4 – Dxd4
17) DxD – FxD
18) OOO – TxFg4
19) TxFd5

Défense de Méran, variante 5) cxd5

5) cxd5 – exd5

6) Fg5 – Fe7
7) Dc2 – g6
8) e3 – Ff5

Défense de Méran, variante 5) Db3

5) Db3

La réponse dxc4 est la plus fréquente mais Fe7 est légèrement plus favorable sur le plan statistique.

Défense de Méran, variante 5) g3

Rejoint la partie catalane.


2) Réponse 4) …- dxc4

C’est l’autre grande variante. Elle projette la sortie du fou c8.

4) Cc3 – d5 x c4
5) a4

Méthode classique pour récupérer c4, en s’opposant à la poussée b5. Le coup a4 affaiblit la case b4 et favorise Fb4. Que se passe-t-il si en cas de poussée b5 en l’absence du coup a4 préalable ?

Prenons l’exemple du coup e4. Cette réponse est statistiquement légèrement favorable aux noirs. Elle est rare mais a été employée par quelques grands joueurs comme Spassky ou Kasparaov.
5) e4 – b5

6) e5 – Cd5
7) a4 – e6 est le coup le plus fréquent mais l’ordinateur propose Dd7
8) Cg5 – Fe7

9) h4 ou Cge4  

Avec une position qui semble à peu près égale.Les noirs ont un pion de plus.

5) … – Ff5

Cette fois, après la prise en c4, la sortie du fou est possible et après la reprise du pion c4, le coup Db3 pourra être contré par Dc7.

Les blancs ont à leur disposition deux coups principaux : e3 ou Ce5 :

Réponse 6) e3

6) e3 – e6
7) Fxc4 – Fb4 : profite de la faiblesse occasionnée par le coup a4.
8) OO – OO

9) Ch4 – Cb8d7

ou

9) De2 (préparant e4) – Cb8d7
10) e4 – Fg6
11) Fd3 – Te8

Réponse 6) Ce5

6) Ce5

Deux réponses possibles : Cbd7 (la moins risquée) et e6.

6) … – Cbd7
7) Cxc4 – Dc7
8) g3 – e5
9) dxe5 – Cxe5
10) Ff4 – Cfd7
11) Fg2 – g5 ou f6

6) … – e6
7) f3 – Fb4
8) e4 – Fxe4 (sacrifice)
9) fxe4 – Cxe4
10) Fd2 – Fxc3 (ordinateur)
11) Fxc3 – Dh4 +
12) g3 – Cxg3
13) hxg3 –DxT les noirs ont 4 pions et une qualité pour la pièce perdue.


3) Réponse 4) … – a6 (Variante Chebanenko)

Cette réponse relativement rare est fréquemment jouée par Bacrot et parfois par Topalov.

Cette avancée retarde le blocage de la diagonale du fou c8. Elle soutient le coup ultérieur b5 et réserve la possibilité e5 sans jouer préalablement e6.
Les noirs projettent en général de développer leur fou f8 en fianchetto.
La structure de pions à l’aile dame n’est par contre pas toujours facile à gérer.

4) Cc3 – a6

Les blancs ont de nombreuses suites possibles, par ordre de fréquence : e3, c5, a4, Ce5, cxd5, Fg5, g3.

Variante 5) e3

5) e3 – b5
6) b3 – Fg4

Variante 5) c5

 

5) c5 – Cbd7
6) Ff4 – Ch5

à noter possibilité de nulle par répétition si Fd2, Cf6, Ff4, Ch5 ….

7) e3 – g6
8) Fd3 – Fg7
9) OO – OO

ou :

7) Fd2 – Cf6
8) Dc2 – g6
9) g3 – e5
10) dxe5 – Cg4
11) e6 (Ivanchuk – Bacrot, 2007, 0-1)

Variante 5) a4

5) a4 – e6
6) Fg5 – h6
7) Fh4 – dxc4
8) e3 – b5
9) axb5 – cxb5
10) Fxf6 – gxf6
11) Cc3xb5 – axb5
12) TxT – Fb4 +

Variante 5) Ce5

5) ce5 – Cbd7
6) Ff4 – dxc4
7) Cxc4 – g6 est le coup proposé par Rybka

Variante 5) cxd5

Exemple : Ivanchuk – Topalov, 2006

5) cxd5 – cxd5
6) Db3 – Cc6
7) Fg5 – e6
8) e3 – b6
9) FxC – DxF
10) Fd3 – Fd6
11) OO – OO
12) Tc1 – b5

gain noir en 48 coups

Variante 5) Fg5

5) Fg5 – dxc4 (préférable à Ce4)
6) a4 – b5
7) a4 – Fb7 (pour éviter axb, cxb, Cxb, axb, TxT)

Variante 5) g3

5) g3 – dxc4
6) a4 pour contrer b5 avec l’idée de récupérer le pion c4 avec le cavalier f3 via e5, le fou devant logiquement aller en g3
6) … – g6
7) Fg2 – Fg7
8) OO – OO
9) e3 – a5
10) Ce5 – Ca6
11) Cxc4 – Cb4
12) De2 – Fg4
13) f3 – Fe6
14) Te1 – c5 (Timman – Sokolov, 1996 : 0 – 1)

l’ordinateur propose :

6) … – e6
7) e3 – Fe7
8) Fxc4 – OO


4) Réponse 4) … – g6

 

Cette réponse assez rare mérite néanmoins considération. Peu de grands joueurs l’ont pratiquée. Citons Botvinnik et Smyslov. Peu de développement théorique donc pour le moment.
Sur le plan statistique, cette variante est favorable aux blancs avec un score de 67%. La plupart du temps, la défaite des noirs vient d’une faiblesse de l’aile dame avec désorganisation de la structure de pions. Le fou en g7 se révèle souvent peu actif.

4) … – g6

Plusieurs suites possibles : Fg5, cxd5, e3

Voici deux exemples :

Kasparov – Smyslov, 1984. Partie nulle.

5) Fg5 – Fg7
6) e3 – OO
7) Fd3 – Fe6
8) De2 – Cbd7
9) OO – h6
10) Fh4 – Fg4
11) cxd5 – cxd5
12) h3 – FxC
13) DxC – e6
14) Tfc1 – a6

Bronstein – Botvinnik, 1951. Partie nulle.

5) cxd5 – cxd5
6) Ff4 – Fg7
7) e3 – OO
8) Fe2 – Cc6
9) h3 – Ce4
10) Tc1 – Fe6
11) OO – Tc8
12) Cd2 – CxC
13) DxC – Da5
14) a3 – a6, avec un jeu égal.


B) Variante 3) Cc3

En fait revient souvent au même que Cf3 car les coups suivants sont Cf6 et Cf3 ;
Les noirs peuvent cependant répondre d’autres coups que Cf6 : e6, e5.
Cette dernière réponse constitue le gambit Winaver :

Les statistiques sont nettement favorables aux blancs (score 65%). Suite possible :

3) Cc3 – e5
4) dxe5 – d4
5) Ce4 – Da5 +
6) Fd2 – Dxe5
7) Cg3 – Ddf6
8) Cf3 – Cf6
9) Dc2 – Fe7
10) OOO – OO

11) e3 – dxe3
12) fxe3 – Fg4
13) Fd3 – Cbd7
14) Ff5 – Fxf5
15) Cxf5 – Te8
16) Cxg7 : sacrifice puis attaque victorieuse sur l’aile roi
16) … – RxC
17) Df5 (partie Kasparov – Nikolic, 1992 : 1-0)

 

La réponse habituelle est 3) … – Cf6

Les blancs disposent de différentes réponses, par ordre de fréquence : Cf3, e3, cxd5, Fg5, Dc2.

Nous avons vu le coup 4) Cf3.


1) Variante 4) e3

4) e3 – e6
5) Cf3 – Cbd7
6) Fd3 – dxc4
7) Fxc4 – b5

8) Fd3 – Fb7
9) a3 – b4


2) Variante Fg5

4) Fg5

L’ordinateur propose :

4) … – dxc4
5) e4 – b5

 

 


 

C) Variante 3) e3

 
Très peu employée à haut niveau, bien qu’utilisée dans le match Kramnik – Topalov 2006. En réalité, on retombe le plus souvent dans une variante déjà vue, avec inversion de coups.

3) e3
3) … – Cf6 est la réponse habituelle

Puis trois suites principales, par ordre de fréquence : Cc3, Cf3, Fd3.


1) Variante 4) Cc3

Transposition dans la variante 3) Cc3 – Cf6 :

4) Cc3 – e6
5) Cf3 – Cbd7
6) Fd3 – dxc4
7) Fxc4 – b5

 


2) Variante 4) Cf3

4) Cf3 – Ff5
5) Db3 – Db6
6) Fd2 – e6
7) c5 – Dc7
8) Cc3 – Cd7
9) Fe2 – Fe7
10) OO – OO


3) Variante 4) Fd3

4) Fd3

Les noirs peuvent répondre par e5 ou Fg4


D) Variante d’échange : 3) c4xd5

Réponse considérée comme assez moyenne, jamais utilisée à haut niveau

3) c4 x d5 – c6 x d5
4) Cc3 – Cf6
5) Cf3 – Cc6

6) Ff4 – e6
a6 est également possible pour éviter Cb5 menaçant Cc7. Cependant Cb5 tout de suite ne marche pas à cause de Da5 +.
Éviter 6) … – Ff5, le fou étant nécessaire à la défense de l’aile dame.
Rybka propose 6) … – g6, variante rare dont les statistiques sont désastreuses pour les noirs. Voici une suite possible :
7) e3 – Fg7
8) Ce5 – OO
9) Fe2 – Db6
10) a3 – a5
11) OO – Ff5
12) Ca4 – Da7
13) Tc1 – Fd7
14) Cc5 – Fc8
15) h3 – Td8
16) Cxb7 – Fxb7
17) Cxc6 – Fxc6
18) Txc6 (partie Jussopow 2590 – Pfleger 2490, 1985. Abandon noir au 29ème coup)
7) e3 – Fd6

Fe7 est trop faible car après 8) Fd3 – OO, 9) h3, les blancs évitent les échanges et maintiennent la pression. Fd6 conduit à des échanges qui assurent l’égalisation pour les noirs

8) Fg3 – a6